22
PSYCHIATRIE
Des taux faibles d’HVA ne sont pas spécifiques aux dépressions majeures. Des ré-
sultats identiques ont été répertoriés dans les cas de Parkinson et d’Alzheimer (Van
Praag 1975, Wolf 1990). A contrario, des taux élevés d’HVA ont été publiés chez
des patients agités et maniaques (Wilmer 1983).
Notons que ces résultats suggèrent que les taux d’HVA dans le LCR pourraient être
un marqueur de l’activité psychomotrice plus que de l’humeur.
Les métabolites urinaires mesurés dans des cohortes de patients dépressifs ainsi
que la concentration de dopac, un autre métabolite dopaminergique, sont signifi-
cativement plus bas chez les patients agressifs comparés au contrôle (Roy 1986).
D’autres études attestent que les métabolites dopaminergiques chez les patients
dépressifs et suicidaires sont moindres que chez les patients dépressifs dénués de
suicidabilité (Roy 1992).
Autre évidence : la pathologie dépressive est présente chez 50 % des patients souf-
frant de trouble parkinsonien. Ces patients en outre ont fréquemment des symp-
tômes dépressifs, qui précèdent l’apparition des troubles physiques (Van Praag
1975, Guze et Barrio 1991).
Les symptômes de la dépression parkinsonienne semblent cependant non reliés
à la sévérité de la pathologie elle-même (Murray 1996). En outre, le traitement du
Parkinson avec la L-DOPA est très souvent associé à un effet antidépresseur qui
peut même précéder l’amélioration de la symptomatologie physique (Murfy
1972).
TEMPO MÉDICAL – FÉVRIER 2012 –
ARGUMENTS SOULIGNANT LA DYSFONCTION DOPAMINERGIQUE
DANS LA PATHOPHYSIOLOGIE DÉPRESSIVE
Niveau d’action de la DA
Stockage
- La reserpine provoque une dépression du stockage des mono-amines et une dépression chez les patients
avec une histoire de dépression.
- La dépression est une comorbidité d’un trouble parkinsonien.
Relâchement
- La L-DOPA améliore les troubles dépressifs et parkinsoniens.
Re-uptake
- Les stimulants tels que l’amphétamine et le méthyl-phénidate améliorent les troubles de l’humeur chez les
patients dépressifs et non dépressifs.
- Les ‘nouveaux antidépresseurs’ bloquent le re-uptake de la dopamine, tels que le bupropion, la nomifensine
et l’amineptine.
Métabolisme
- Les IMAO sont effectivement antidépresseurs.
- A noter le taux bas de l’HVA dans le liquide céphalo-rachidien de certains patients dépressifs.
- A noter le taux élevé d’HVA dans le liquide céphalo-rachidien des patients maniaques.
Récepteur D post-
synaptique
- Les antipsychotiques typiques, antagonistes D2, induisent l’anhédonie.
Plusieurs études montrent
une réponse émoussée de GH
à l’apomorphine
dans les dépressions majeures.
1...,14,15,16,17,18,19,20,21,22,23 25,26,27,28,29,30,31,32,33,34,...44