Tempo Digest 77

12 | 77 TEMPO–WELLNESS & LifeStyle Le saviez-vous ? Le Spitzberg, c’est le nom de l’île principale de l’archipel Norvégien du Svalbard. Autrefois habitée par les travailleurs de la mine, elle est aujourd’hui plus tournée vers la recherche scientifique et le tourisme. Un tourisme particulier, qui permet d’alerter sur l’extrême fragilité de ces régions du globe marquées à la fois par l’exploitation humaine et les changements climatiques. Les ours polaires y pullulent néanmoins car ils sont protégés depuis 1973. Ce qui n’empêche pas les autochtones de ne jamais s’aventurer hors de la ville sans leur fusil… Dès leur appareillage vers la côte est du Groenland danois, ce sont les morses, les phoques, les baleines et autres macareux qui croisent la route des navigateurs vêtus de leurs tenues polaires. A terre, ce sont les renards polaires et les rennes qui tentent de voler la vedette aux ours. Les glaciers couvrent plus de 60% de la surface de l’archipel du Svalbard et produisent en permanence d’immenses blocs de glace dont l’intensité du bleu indique l’âge. Des craquements sourds témoignent des forces mises en œuvre dans cette nature souveraine, on se sent tout petit face à ces icebergs dont on nous prédit la fonte accélérée. Plus on progresse vers le Groenland, plus ces immenses blocs glacés sont nombreux ; certains mesurent plus d’un kilomètre de longueur et se déplacent lentement au gré des courants, rassemblés par des concrétions de glace qui font dangereusement penser à un océan gelé. De temps en temps, un ours blanc montre sa truffe… ou sa patte. Et des vestiges du passage de l’un ou l’autre Inuit attirent l’attention respectueuse des voyageurs. Un peu plus loin, c’est le petit village Inuit de 450 habitants qui se démarque avec ses maisonnettes de bois multicolores. On y trouve une épicerie locale, une école et même un petit musée. Pour un retour à la civilisation tout en douceur… Parce qu’on ne revient pas indemne de cette rencontre avec les cathédrales de glace et les lumières envoûtantes du Paradis blanc. ■ A la découverte du PARADIS BLANC On le sait en danger, soumis au réchauffement climatique et autres pollutions humaines, l’océan Arctique n’en demeure pas moins une destination de ravissement pour les yeux autant que pour l’esprit. Voyage du Spitzberg au Groenland. S. Audali

RkJQdWJsaXNoZXIy NDc1NjI=